Verrines croustillantes d’asperges à l’épeautre

Les asperges vont commencer à garnir nos assiettes pleines de fraicheur, dans nos repas de Pâques ou ailleurs. Hier soir, c’était moelleux et macarons à profusion à la cave de 75cl; une touche salée pour ce soir n’est donc pas de refus, pour fêter ce week-end de trois jours qui s’annonce hélas pluvieux. Les oeufs, lapins et autres clochettes en chocolat seront donc humides? Il va falloir redoubler de rapidité et de gourmandise pour récolter ces premiers cadeaux de printemps.
Ici, le crumble à la farine d’épeautre apporte une touche croustillante, relevée aussi, qui attaque légèrement le palet après une bouchée d’asperges fondantes comme une caresse, pour une verrine printanière ébouriffée de graines germées… On joue avec les texture, les contrastes, un peu comme la couleur du ciel ces derniers jours. Un jour heureux, un jour pluvieux, nous surprenant souvent en pleine promenade parisienne. En avril, ne te découvre pas d’un fil, dit-on; alors couvrez bien vos reins et profitez de ces quelques semaines où le plaisir d’un thé brûlant à la fenêtre, le nez au vent, est encore présent.

verrines asperges epeautre7 edited

Verrines croustillantes d’asperges à l’épeautre

Ingrédients pour 2 verrines:
– un petit bocal d’asperges
– 50g de farine blanche d’épeautre
– 25g de beurre doux
– 10g de chapelure
– 15g de parmesan
– quelques graines germées (alfa, radis et fenouil pour moi)
– du vinaigre balsamique

Préchauffer le four à 200°C.
Egoutter les asperges et les détailler en petits tronçons. Réserver au frais.
Mélanger la farine, la chapelure, le parmesan et le beurre du bout des doigts jusqu’à obtention de miettes. Etaler ce crumble sur une plaque de cuisson et enfourner pour quelques minutes en remuant régulièrement pour obtenir une poudre délicatement dorée. Laisser bien refroidir.
Juste avant de servir, mettre quelques asperges dans le fond des verrines, ajouter un filet de vinaigre balsamique et surmonter d’une couche de crumble. Répéter l’opération sur autant d’étages que possible, parsemer de graines germées et servir frais.

Faites plaisir à vos papilles chez Thé Cool

Pour une après-midi mère/fille, le détour par un salon de thé s’imposait. Gourmandes et amatrices d’infusions en tous genres, déguster une belle part de gâteau et une tasse de breuvage anglais représentait une parfaite escale après une séance de cinéma.
Nous avons choisi le salon de thé “Thé Cool”, dans le 16ème arrondissement de Paris. Une jolie salle entourée de miroirs et garnie de tables et fauteuils en rotin et aux dodus coussins rouges nous accueille. Un mardi après-midi, c’est sûr, il n’y a pas grand monde; alors nous nous sommes installées à la petite table tout au fond, face au miroir et au bon endroit pour observer les allers et venues des tartes, salades et théières.

IMG_1897 editedIMG_1902 edited

Un coup de fourchette suffit pour vous conseiller cet endroit. La tarte au citron meringuée (qui, comme vous pouvez le voir, est fort volumineuse) est très réussie; je suis épatée par leur meringue aussi gonflée et craquante sur le dessus. En dessous, un lemon curd pas trop sucré pour contre-balancer la meringue et une pâte fine mais ferme comme je les aime.
Quant à la marquise au chocolat, ma mère chocolat-addict peut vous en dire des nouvelles. Et moi aussi puisque je lui en ai évidemment piqué une bouchée. C’est fort en chocolat, très gourmand; elle est servie avec un petit pot de crème anglaise comme pour souligner que dans ce salon, oui, on est gourmands!

La carte des thés est impressionnante, je ne saurais vous en citer la moitié. Mais les amateurs seront ravis d’une telle variété de thé verts, noirs, rouges, de Chine, de Russie, ou encore aromatisés à à peu près tout ce que vous voulez.

IMG_1905 editedIMG_1904 edited

Si vous êtes plutôt pâtisserie, je vous conseille d’y aller pour le goûter ou bien d’en faire votre déjeuner. Les parts sont gargantuesques et c’est tellement bon qu’on n’en laisserait pas dans notre assiette. Si vous êtes plutôt salé, chez Thé Cool il y a aussi des salades, des quiches et des gâteaux aux légumes. Et si vous surveillez votre ligne et que votre meilleure amie gourmande vous traîne y passer l’après-midi, Thé Cool est également connu pour son gâteau “Starlette”, un gâteau au fromage blanc 0% et sans sucre, recette désormais déposée par sa créatrice, une vraie passionnée de cuisine.

IMG_1907 edited

Avec trois salons à Paris et une telle carte, il y en a pour tous les goûts. Il y est même possible d’acheter à emporter. Votre prochain après-midi potins a désormais son refuge…

Thé Cool
Passy – 10 rue Jean Bologne, Paris 16ème, tous les jours de 12h à 19h
Saint-Germain-des-Prés – 13 rue de Médicis, Paris 6ème, tous les jours de 9h à 20h
Neuilly – 5, rue Bailly, 92200 Neuilly, tous les jours de 11h à 19h

Le clafouti aux pommes de Mamie

marion clafoutis

Il y a des recettes comme ça qui ont un goût de je-ne-sais-quoi, un bon goût de souvenir et une saveur incomparable de nostalgie. Le clafouti de Mamie, ce n’est pas n’importe quel clafouti. Je vous avais probablement déjà parlé de notre bible familiale, à savoir le livre de cuisine de Françoise Bernard. Même si la recette est identique, je ne peux l’associer à cette chère Françoise. Et pour cause. A chaque visite chez mes grands-parents, alors que les chant des cigales commençaient déjà à nous envahir tellement le cerveau qu’on finit pas ne plus les entendre du tout, nous rentrions dans la maison par la cuisine. Point de vaisselle accumulée ni de désordre sur le plan de travail, mais une assiette cachée sous un torchon à carreaux, toujours. Au fil des années, nul besoin de soulever le torchon pour deviner que le fameux clafouti aux pommes trône religieusement en dessous. Coïncidence ou appel de la gourmandise, c’est souvent que nous arrivions pour l’heure du goûter et nous pouvions donc en déguster une part à peine les valises posées.

clafouti editedclafouti2 edited

Le clafouti aux pommes fait alors remonter bien plus de souvenirs qu’il n’est possible d’inscrire sur un seul billet. Il y eut les trajets en avion à partir de mes 4 ans, premières vacances sans Papa-Maman mais avec Papi-Mamie, avec les coloriages de la compagnie AOM et la boîte de Pim’s à l’orange pour s’occuper. Puis je me souviens des dix heures de voiture pour faire le même trajet, avec mes parents cette fois; nous partions tôt le matin pour arriver à l’heure du clafouti.

Le clafouti a même traversé des histoires d’amour et d’amitié, dans lequelles les petits chanceux que j’emmenais dans mes bagages avaient eux aussi droit à leur petite part à l’arrivée, comme un symbole qui ne s’éteint jamais, et qui n’hésite surtout pas à se transmettre.
Je ne me souviens pas avoir dégusté un autre clafouti que celui de Mamie depuis des années; mis à part des clafoutis salés. Je crois bien que je n’ose pas faire rivaliser le sien avec d’autres, persuadée d’être déçue. C’est donc la recette de Mamie (ou de Françoise Bernard, puisqu’il faut rendre à César ce qui est à César) que j’ai confectionnée aujourd’hui, sans rien changer. Et pourtant Dieu sait à quel point j’aime jouer avec les recettes; mais pas celle-ci, celle que je réalise avec elle depuis ma plus tendre enfance… photo à l’appui 😉

clafouti3 editedclafouti8 edited

Le clafouti aux pommes de Mamie

Ingrédients pour 6 gourmands nostalgiques:
– 3 pommes reinettes
– 60g de farine de blé
– 125g de sucre en poudre
– 3 oeufs
– 2 verres de lait demi-écrémé
– une pincée de sel
– une noix de beurre pour le moule

Préchauffer le four à 180°C.
Mélanger la farine, le sucre et le sel. Incorporer peu à peu les oeufs entiers et le lait. Bien mélanger jusqu’à obtenir une pâte lisse et liquide.
Peler les pommes et les détailler en quartiers.
Graisser un moule à manqué avec une noix de beurre, disposer les quartiers de pomme en étoile dans le fond du moule, en les chevauchant légèrement.
Verser la pâte par dessus. Enfourner pour 20-25 minutes, jusqu’à ce que la pointe d’un couteau ressorte sèche.