{ Parlons sport #2 } 10km Paris Centre 2014

C’est un billet bonus que je vous propose aujourd’hui pour continuer ma série “sport” et vous raconter ma dernière course. Une nouvelle recette est prévue comme d’habitude pour mercredi, stay tuned les gourmands !
photo 2
En juin dernier, je vous avais parlé de la course We Own The Night organisée par Nike à Paris. C’est sans trop attendre au début de l’été que je me suis inscrite aux 10km Paris Centre qui ont eu lieu hier.
J’avais beaucoup apprécié l’ambiance qui m’avait complètement boostée pour me dépasser (souvenez-vous, je n’avais à l’époque encore jamais couru 10km) et j’avais besoin de me donner un objectif pour continuer sérieusement l’entrainement.

Sans entrainement très intensif (je me remettais juste d’une entorse à la cheville), j’avais fini cette première course officielle en 1h07. Cette fois-ci, m’étant entrainée un peu plus sérieusement le mois qui a précédé la course, je voulais me rapprocher de la barre de l’heure et au moins aller un peu plus vite que la dernière fois. J’ai intégré des séances de fractionné une fois par semaine sur mes quatre dernières semaines qui m’ont bien fait progresser, et malgré des entrainements difficiles je me sentais progresser question rythme et endurance. Je vous redirige vers l’article d’Anne&Dubndidu au sujet des séances de fractionné si vous voulez en avoir un aperçu, il explique très bien le principe si on n’y est pas encore familier.

Je n’avais pas recouru 10km depuis la We Own the Night. Mes entrainements dépassent rarement les 8km et j’ai préféré prendre le temps de faire plus de sorties pas trop longues dans la semaine, la distance n’augmentant pas… Pour cette fois-ci.

Comme la dernière fois, le retrait des dossards s’est fait à J-2 et J-1 au village Nike. Le t-shirt officiel est imprimé de votre numéro de dossard, un détail assez sympa pour garder un souvenir. Sur place, vous aviez la possibilité de faire floquer votre t-shirt à votre nom ou “pseudo de runner”, de poser devant la caméra pour avoir des photos souvenirs avant même de commencer la course, et de faire un arrêt gourmand au food truck pour prendre des forces. Il y avait même un stand éphémère avec des produits Nike. Pas fous… Je n’ai pas été très sensible au marketing cette fois-ci, j’avais tout juste le temps de récupérer mon kit de course.

photo

Le jour-J
Debout 7h30, il fait un froid de canard. J’ai quand même choisi de courir en pantacourt-t-shirt, de peur d’avoir trop chaud en rajoutant un pull. J’ai bien fait, 10km avec un objectif de temps ça chauffe assez vite…
C’est Denis Brogniard qui animait les festivités et nous donnait les dernières consignes. Enfin dernier détail, et pas des moindres, j’ai été ravie de voir Carl Lewis nous donner le coup d’envoi de la course et les derniers encouragements. Végétalien et dix fois médaillé olympique, je lui porte forcément une énorme admiration.

La course
J’avais repéré le parcours sur internet sans aller voir sur place. Si on connait à l’avance les montées un peu traitres, c’est moins drôle non? Il faut dire que je m’attendais à du plat presque tout le long, contrairement à la We Own the Night qui nous avait fait découvrir un 13ème arrondissement de Paris pas si plat que ça…

carte 10k

J’étais inscrite dans le sas -1h. Je ne pensais pas être à même de passer en dessous de cette barre fatidique, mais changer de sas c’est motivant et je voulais courir avec des gens qui allaient partir à un bon rythme. Malgré tout, on a été bien ralentis les deux premiers kilomètres. Il y avait un monde fou et certaines routes n’étaient pas totalement barrées, seulement sur une voie, ce qui nous a fait respirer les pots d’échappement des voitures qui passaient juste à côté de nous. C’est pas génial, mais j’imagine que bloquer tout le centre de Paris n’était pas tout à fait possible.
La course s’est fluidifiée à partir du 3ème kilomètre et j’ai pu augmenter mon allure. Le récapitulatif de ma montre est bien cohérent par rapport à mes sensations, mon allure est croissante.

recap garmin 10k

 

J’ai passé les 5km au bout de 32 minutes, tout à fait ce que je fais en entrainement mais pas suffisant pour mon objectif. J’avais encore de quoi accélérer sur la deuxième moitié de la course, ce que j’ai fait. Ca s’est bien ressenti sur les derniers kilomètres et surtout le dernier qui était franchement épuisant. Je ne sais pas comment j’ai réussi à accélérer sur les 100 derniers mètres pour atteindre la ligne d’arrivée. Le mental, probablement…
Je franchis donc la ligne avec un temps officiel de 1h02, ravie d’avoir gagné 5 minutes sur mon temps de la dernière fois sans avoir testé mon chrono depuis sur la même distance. Les entrainements ont donc bien payé.

 

10km paris centre

Visages souriants après 10km

Par contre, et là gros bémol question organisation, le ravitallement de fin était bien à 1km de l’arrivée. Je n’ai absolument pas compris pourquoi ils ont mis ça si loin, ce n’est pas bien indiqué et il faut revenir au village pour espérer avoir un peu d’eau. Très limite, surtout que j’ai vu une coureuse faire un malaise à mes pieds sur la ligne d’arrivée et que ça ne devait pas être la seule. Il y aurait eu la place de nous proposer de l’eau à l’arrivée quitte à devoir attendre d’arriver au village pour manger quelque chose pour ceux qui le souhaitent. Le genre de petits couacs qui me feront à l’avenir me diriger vers d’autres courses, moins marketing (Nike, question éthique, c’est pas la folie non plus) et peut-être un peu plus à l’écart de Paris.

La prochaine fois que je tente un 10km, j’aimerais bien passer sous la barre de l’heure. Même de quelques secondes, c’est très psychologique tout ça… D’autant plus que cela m’est surement possible à l’heure actuelle sur une course moins fréquentée où l’on est pas obligés de faire du slalom au début pour avancer.

Et la prochaine fois, surtout, je double la distance… Je me suis inscrite avec une amie à la course Paris – Saint Germain en Laye. 20km avec deux belles montées: le Mont Valérien à Suresnes, et la grande montée qui mène au château de Saint Germain en Laye que j’ai emprunté des centaines de fois en voiture en étant plus petite en me disant qu’il fallait être malade pour la prendre en courant…
Des entrainements en côte seront donc de rigueur d’ici fin mai 2015 pour être capable d’en venir à bout. Mais les challenges, c’est motivant, non? :)

3 commentaires

  1. greencoquelicot

    wahou tu as tracé sur les 5 derniers kilomètres !
    C’est de bon augure pour Paris-Saint Germain héhé !

    En tout cas bravo encore, 5 minutes de gagné c’est énorme !

    Je pense m’inscrire à un 10km qui a lieu à Honfleur fin septembre, j’espère aussi passer sous la barre des 1h… c’est vrai que c’est symbolique mais en même temps c’est un pallier important !

    Reply
    1. Marion Post author

      Ouii ça motive des résultats positifs comme ça :) Y’a plus qu’à continuer l’entrainement…
      Fin septembre c’est un peu tard 😉 Haha mais oui ça doit faire du bien de passer ce genre de pallier!

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *