Chinois à la marmelade d’orange et aux pépites de chocolat

Je vous l’avoue, les dernières fois que je me suis servie de ma machine à pain, j’ai été déçue. Une brioche qui retombe à la cuisson, une mie trop compacte, autant d’échecs qui l’ont condamnée à rester esseulée quelques mois. Et puis l’envie d’un petit déjeuner constitué d’une viennoiserie maison est réapparue avec la fraicheur matinale. Je vous avais surement parlé de mon amour pour ce premier repas de la journée que beaucoup de gens esquivent, faute de temps. Impossible pour moi de sortir sans avoir pris un petit déjeuner digne de ce nom ; et ces temps-ci, on apprécie d’autant plus une pâtisserie gourmande et home made sur la table de la cuisine…
Cette brioche n’a rien d’asiatique, si quelqu’un sait d’où vient son nom je suis preneuse… Mais qu’importe l’appellation tant qu’on a le goût ! Pour la pâte à brioche, j’ai utilisé la même base que Doria. J’y ai ajouté de quoi satisfaire le goût de chacun à la maison, de la marmelade d’orange ramenée par mon père de chez Harrods à Londres, et des pépites de chocolat pour que ces petits escargots gardent quelque chose du chinois de pâtissier. Je suis très satisfaite du goût et de la texture de cette brioche qui, cette fois, ne me déçoit sur aucun point ! Nous en tous cas, au saut du lit, on s’est régalés… j’ai enfin trouvé le remède infaillible pour me tirer du lit aux aurores et j’ai enterré la hache de guerre avec ma machine à pain 😉

Chinois à la marmelade d’orange et aux pépites de chocolat

Ingrédients :
– 50g de beurre coupé en petits morceaux
– 1 œuf
– 250mL de lait tiède
– 500g de farine
– 70g de sucre en poudre
– 1 cc de sel
– 1 sachet de levure de boulanger
– 3 CS de marmelade d’oranges, de chez Harrods pour moi
– deux grosses poignées de pépites de chocolat

Verser les ingrédients dans la cuve de la machine à pain, dans l’ordre suivant, en séparant bien les différentes couches : le beurre, l’œuf, le lait, la moitié de la farine, le sucre, le sel, la seconde moitié de la farine et la levure. Lancer en programme « pâte ».
A la fin de la première levée, déposer la pâte sur un plan de travail fariner et l’étaler en rectangle d’environ un centimètre d’épaisseur à l’aide d’un rouleau à pâtisserie. Etaler la confiture et répartir les pépites de chocolat sur toute la surface. Rouler la pâte sur elle-même pour obtenir un boudin, le couper en 7 tronçons. Répartir les tronçons dans un moule à manqué chemisé de papier sulfurisé. Couvrir d’un linge propre et laisser lever une heure près d’une source de chaleur (en dessous d’un radiateur, par exemple).
Enfourner 25 minutes à 180°C.

27 commentaires

  1. Vanessa

    Oooh, je n’ai jamais fait des chinois mais ça a l’air terrible. La marmelade, je l’adore et mon père le faisait chez nous chaque année (après ça collait partout dans la cuisine!).

    Reply
  2. Lilie

    Je me contente d’admirer les chinois chez les autres, puisque je n’ai pas de machine de pain (et j’ai vraiment le flemme de pétrir avec mes petites mains !)… Le tien est superbement réussi, j’imagine le plaisir que ce doit être de déguster une brioche toute chaude le matin…

    Reply
  3. laeti_miam

    cette recette est en effet idéale pour se réconcilier avec la dite machine! J’aime beaucoup cette brioche qui réserve égoïstement une garniture riche à chacune de ses parts :-)

    Reply
  4. marie

    je ne sais pas si les tourbillons de pâte rappelle une forme chinoise, mais en tout cas cette brioche est délicieuse. Des années que je n’en ai mangé. Pour la MAP tu es la première que je lis qui en est déçue.

    Reply
  5. Löu

    Je pensais que la technique de montage était beaucoup plus complexe que ça, mais je me leurrais totalement !
    J’essayerai bien d’en faire du coup, d’autant plus que j’ai mon Egg Replacer qui a l’air de vraiment faire des merveilles !
    Affaire à suivre :)

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *